Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 3 culottes ✌🏻✌🏽✌🏿

Douleurs + règles = une histoire vieille comme le monde ?

Posté par Anaïs Koopman le
Douleurs + règles = une histoire vieille comme le monde ?

Souvent cachées, ignorées et quasi-systématiquement rendues taboues, les règles sortent enfin de l'ombre de nos culottes. On peut VRAIMENT en parler, pour briser les vieilles croyances qui leur collent à la peau depuis des millénaires. 

Et sans surprise, on se rend compte à quel point règles et douleurs forment souvent un duo pour un (trop) grand nombre de personnes menstruées.
Et que NON, il n’est pas “normal” que 50 à 70% des femmes en France affirment être sujettes à de fortes douleurs au moment de leurs règles.
Sans oublier que 90% des femmes connaissent des douleurs de règles au cours de leur vie (1).

Alors POURQUOI les règles font-elles tant souffrir ?
Du syndrome prémenstruel aux douleurs pelviennes en passant par les vilains maux de tête, on t’embarque dans la (re)découverte des règles et des douleurs qui les accompagnent bien trop souvent. #StayTuned

On te présente… ton cycle menstruel !

Spoiler alert! Ton cycle menstruel c’est la B.A.S.E. : tout part de lui et surtout, tout y est lié.

Pour t’en dire un peu plus, ce cycle dure plus ou moins 28 jours et commence le premier jour des règles.

Il est divisé en plusieurs phases, soit, en gros :
#1 Du premier jour de tes règles au 14ème jour environ = la phase pré-ovulatoire (l’ovule se prépare à l’éventuelle fécondation).

#2 Plus ou moins au 14ème jour de ton cycle = la phase ovulatoire (l’ovule est ready à être fécondé et quitte l’ovaire, en voyageant par la trompe de Fallope pour rejoindre l’utérus).
#Attention : ceci n’est pas du tout une généralité : certaines femmes ovulent plus “tardivement”.

#3 Du 15ème jour au 28ème jour de ton cycle (environ) = la nidation (ta muqueuse utérine aka l’endomètre, se gonfle de sang pour accueillir l’éventuel embryon).

#4 Enfin, au 28ème jour (plus ou moins) ce sont les règles (ou la grossesse !) : si la fécondation n’a pas lieu, l’utérus évacue la muqueuse utérine superflue #CestLaFete.

#BreakingNews (or not) : certaines femmes n’ont pas leurs règles tous les mois, d’autres ne sont pas réglées pendant de longues périodes...
Tout dépend des choix contraceptifs, ou parfois de troubles gynécologiques, comme le Syndrome des Ovaires Polykystiques #ParlesEnÀTonMédecin).

#BackToTheBasics : d’où viennent les règles ?

moodzrègles

Illustration : magicmaman.com


Elles arrivent après que ton le corps ait préparé la phase de nidation (#3), qui a pour but d’accueillir l’éventuel ovule fécondé. Pour rappel, durant cette phase, l’endomètre se gonfle et se gorge de sang.
S’il n’y a pas de grossesse, les prostaglandines, ou PG - fabriquées par l’endomètre itself -, font leur apparition. Leur rôle est de pousser le muscle utérin à se contracter pour expulser l’endomètre = les fameuses règles.

#AIEAIEAIE : C’est cette expulsion qui provoque nos crampes adorées et l’ensemble de nos douleurs menstruelles !

Bien sûr, celles-ci sont plus ou moins intenses d’une personne menstruée à l’autre. Cela dépend du taux de PG et c’est presque mathématique : plus une femme produit de PG, plus ses contractions sont fortes… donc douloureuses ! #CQFD


Équation utérine : cycle menstruel = douleurs menstruelles

On te l’a dit ! C’est vieux comme le monde : règles = douleurs. Elles ont même un petit nom : les dysménorrhées, et elles concernent la plupart des femmes menstruées.

Ce n'est pas une maladie (bien que ça en ait parfois l’air…) mais des douleurs, au pluriel. Et on parle d’un gros pluriel ! On ne décompte pas moins de 100 symptômes différents possibles pendant les règles.

Douleurs pelviennes intenses, douleurs lombaires qui te plient en deux, diarrhées, constipation, ou sautes d’humeur... Oui, le cocktail est assez terrible.

Au menu également : les nausées, les ballonnements, les maux de tête…

Ben oui, sinon, ça serait trop facile ! Les prostaglandines circulent via les vaisseaux sanguins (autrement dit : partout).
C’est souvent aussi à cause d’elles que tu as peut-être des nausées, maux de tête ou ballonnements qui surviennent parfois au moment des règles.

Malheureusement, ces douleurs peuvent être particulièrement violentes si tu es jeune, et encore plus si tu es dans les années qui suivent la puberté.
Pas de bol, elles peuvent aussi apparaître et disparaître plus tard au cours de ta vie d’adulte ou s’intensifier avant la ménopause.

Tout ça, c’est normal : les nombreux changements hormonaux impactent forcément ton cycle à ces différents moments de ta vie.
Dans certains cas (et particulièrement pour les femmes adultes), n’oublie pas de te faire suivre par un docteur, pour t’assurer qu’il ne s’agit pas d’un trouble gynécologique plus grave (on ne sait jamais !).

Si tu fais partie des femmes qui souffrent de leurs règles, sache que tu es loin d’être la seule et que la team Moodz t’envoie du love et #FullSupport! 💜

Les autres coupables de la douleur

 

moodz stérilet cuivre

Image : @rhsupplies

 

Il y a différentes causes supplémentaires pouvant expliquer des douleurs menstruelles intenses.

-Si tu as des règles hémorragiques et particulièrement douloureuses, c'est peut être lié à ton stérilet en cuivre (si tu en as un). Les stérilets en cuivre sont connus pour augmenter l'abondance du flux menstruel. D'ailleurs, on te l'explique juste ici
Heureusement, il devrait te laisser tranquille (partiellement ou totalement) rapidement : ces douleurs disparaissent ou s’atténuent souvent dans les trois mois qui suivent sa pose.
Encore une fois, ton médecin pourra te conseiller si tu as l’impression de mal supporter tes règles depuis que tu as un stérilet au cuivre.

-La championne des maladies provoquant des douleurs intenses (voire carrément incapacitantes (!!)), c’est l’endométriose.
C’est une maladie gynécologique chronique et inflammatoire qui concerne entre 1 et 2 femmes sur 10 en âge de procréer (rien que ça !).
Le coupable, c’est le tissu de l’endomètre, qui migre sur des organes ou dans des endroits du corps où il ne devrait pas se trouver (ovaires, vessie, ligaments, intestins...).

Pas cool. Mais heureusement, on est là pour faire bouger les choses.
Les douleurs provoquées par les lésions endométriosiques sont ultra intenses (la douleur est le premier symptôme de cette maladie). La plupart du temps, une sieste en mode PLS ou un bon vieux Doliprane 1000 ne suffisent pas à les soulager…

Il y a plusieurs types d’endométriose et à date, aucun traitement disponible. Pour en savoir plus, tu peux consulter le site internet d’EndoFrance, l’association française de lutte contre l’endométriose.
Si tu as le moindre doute, pense surtout à en parler à un professionnel de la santé ou à un gynécologue (en gardant bien en tête qu’il faut aujourd’hui 7 ans (!) en moyenne pour être diagnostiquée de cette maladie en France).

C'est grave, docteur ?

Que ce soit bien clair : il n’est JAMAIS “normal” d’avoir (très) mal. Que tes douleurs de règles soient liées à des dysménorrhées, à de l’endométriose, ou à tout autre trouble gynécologique, il est important que tu puisses être reçue, écoutée, et accompagnée par un·e médecin à l’écoute bienveillante !

En résumé, retiens bien qu’il faut aller consulter si :
-Tes règles impactent et affectent ta qualité de vie, ta santé, ton moral.
-Tes règles te font de plus en plus mal et / ou sont de plus en plus abondantes avec le temps.
-Tes règles t’empêchent, tout “simplement” de mener ta vie et tes activités quotidiennes normalement.

Et en attendant, tu peux aussi consulter (encore et encore) le super Journal Moodz blindé de trucs et astuces pour soulager les douleurs liées aux règles douloureuses. On t’en a même fait un spécial COVID-19 juste par ➡️ ici ! 🔥💜

Source

(1) Étude réalisée et publiée par l’Assurance Maladie en France en 2017

 

Endométriose : ce que vivent les endo-warriors

Tu aimeras aussi