Panier d'achat
Livraison offerte en France métropolitaine jusqu'au 24/10/2021

Première consultation gynécologique : comment ça se passe ?

Est-ce obligatoire d'avoir un suivi gynécologique ? Gynécologue, médecin ou sage-femme, quelle différence ? À quel âge doit-on prévoir sa première consultation ? Est-ce que je dois y aller avec un de mes parents ou tuteurs légaux si je suis mineure ? Comment va se passer l'examen ? Ça fait mal ? Moodz répond à toutes les questions que tu te poses pour que tu puisses aborder ce premier rendez-vous sans stress !

Qu’est-ce que la gynécologie ? 

Etymologiquement, le terme “gynécologie” définit “l’étude de la femme”. Cette spécialité médicale consiste à surveiller les problèmes liés aux règles, à la contraception ou à la grossesse, à diverses maladies liées aux seins ou aux organes génitaux comme l’endométriose. Le.la gynécologue prend aussi en charge les IST et les MST.

À quel âge faut-il aller chez le gynécologue pour la première fois ? 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas d’âge précis pour consulter un gynécologue pour la première fois. À ce jour, l’âge moyen de la première consultation est de 15 ans.

Généralement, ce premier rendez-vous arrive après tes premières règles ou tes premières relations sexuelles. Tu peux aussi consulter pour trouver réponse à tes questions ou encore pour être aiguillé.e dans le choix de ta méthode de contraception. Par la suite, il est conseillé de consulter un.e gynécologue tous les ans afin d’avoir un suivi approfondi. 

>> Lire aussi : “Les premières règles, comment s’y préparer ?

Certaines situations peuvent aussi te pousser à consulter pour la première fois en dehors de tes premières règles ou relations sexuelles. Ça peut être le cas avec des menstruations totalement inhabituelles, des douleurs au ventre, à l’appareil génital ou aux seins, des saignements vaginaux, des démangeaisons vaginales… Si certains de ces symptômes te parlent, le mieux reste de prendre rendez-vous ☺️.

Faut-il être accompagné.e de ses parents ou tuteur.rice légal.e ? 

En France, il n’est pas du tout indispensable ou obligatoire d’être accompagné.e de tes parents ou d’un.e tuteur.rice légal.e pour aller consulter un gynécologue. D’ailleurs, ton.ta professionnel.le de santé est tenu au secret médical. Tu peux donc y aller seul.e ou accompagné.e si tu le souhaites. 

Tu peux aussi te rendre dans un planning familial. Ces derniers dispensent des consultations gratuites et anonymes. 

Puis-je choisir un.e gynécologue différent.e de celui ou celle de ma famille ?

Tu peux tout à fait choisir ton professionnel de santé ! D’ailleurs, il n’est pas obligatoire d’aller chez un.e gynécologue. Les sages-femmes, les médecins généralistes ou encore les centres de planification sont aussi aptes à t’accompagner lors de ta première consultation et de ton premier examen gynécologique

Ce n’est pas parce que ta famille consulte le.la même gynécologue depuis des années que tu dois impérativement y aller aussi. Renseigne-toi auprès de tes ami.e.s ou de tes proches afin d’obtenir les noms de spécialistes chez qui iels se sont senti.e.s en confiance. 

Tu peux d’ailleurs choisir de consulter un homme ou une femme. Encore une fois, le choix de ton.ta professionnel.le de santé ne revient qu’à toi ! Tu peux aussi en changer quand tu veux si la première rencontre ne t’a pas convaincu.e. Il est hyper important de tisser un lien de confiance avec ton ou ta gynécologue ou sage-femme afin d’y être le plus à l’aise possible lors de chaque consultation.  

Gynécologue, médecin généraliste, sage-femme : quelle différence ? 

On ne le sait pas toujours, mais un examen gynécologique peut être réalisé par plusieurs praticiens : un.e gynécologue, un.e sage-femme ou même par ton médecin généraliste. En bref, ton médecin généraliste et ton.ta sage-femme peuvent tout à fait assurer un suivi gynécologique dès l’adolescence, si tu es en bonne santé. Ils sont formés à la prévention des IST, peuvent prescrire un moyen de contraception et te conseiller. En revanche, ils te conseilleront un gynécologue s’ils détectent la moindre pathologie à caractère gynécologique. 

Le suivi gynécologique peut également être plus facile chez un médecin généraliste ou un.e sage-femme car les délais pour prendre rendez-vous sont généralement plus courts. 

L'examen gynécologique, c’est obligatoire ? 

La première consultation gynécologique peut faire peur. Les jeunes personnes menstruées appréhendent surtout l’examen gynécologique et le fait d’avoir à se déshabiller pour la première fois devant un.e inconnu.e. Pourtant, lors du premier rendez-vous, il est assez rare que ton.ta professionnel.le de santé réalise un examen gynécologique et te demande de te mettre nu.e. Iel peut en revanche être amené.e à le faire si tu as des symptômes inhabituels : menstruations inhabituelles, douleurs aux seins ou à l’appareil génital, démangeaisons... 

Lors de la première rencontre, ton.ta gynécologue ou ton.ta sage-femme va réaliser une anamnèse. En gros, il va te poser des questions de routine afin d’évaluer ton état de santé général. Iel peut par exemple te demander si tes règles sont douloureuses, régulières, abondantes, si tu as déjà eu un premier rapport sexuel… Il va aussi s’intéresser à tes antécédents médicaux et familiaux, comme par exemple, un cancer du sein chez ta mère ou ta grand-mère. Iel va aussi chercher à savoir si tu as pu être en contact avec des infections sexuellement transmissibles (IST).

Le premier passage chez le.la gynécologue est aussi un moment d’échange et de prévention. 

Comment se déroule une consultation gynécologique ? 

Si tu es très stressé.e par ton premier examen gynécologique, n’hésite pas à le dire à ton.ta gynécologue ou sage-femme. Iel tentera de te mettre à l’aise en communiquant davantage avec toi. En plus, tu peux demander à garder le haut pendant l’examen pelvien et à remettre le bas pendant la palpation des seins. Tu peux d’ailleurs consulter un.une gynécologue à tout moment, même si tu as tes règles, sauf dans le cas du frottis. 

Une fois que vous vous êtes mis.e.s d'accord, la consultation gynécologique se déroule en 4 temps :

1 - Le toucher vaginal 

Ton.ta gynécologue réalise le toucher vaginal en introduisant 2 doigts dans le vagin, tout en palpant le bas ventre. Cela permet d’évaluer la bonne santé des organes pelviens. Le toucher n’est pas douloureux mais peut être désagréable, notamment chez les personnes tendues par l'auscultation. Cet examen intime est souvent mal appréhendé. Fais-le savoir à ton.ta professionnel.le de santé afin qu’iel soit le plus doux.ce possible avec toi et t’aide à te détendre. 

2- Le frottis 

Le frottis vaginal est un examen banal qui permet de prélever des cellules vaginales qui pourront ensuite être analysées. Ces cellules permettent de dépister le cancer du col de l’utérus, transmis lors de rapports sexuels non protégés. Il est ensuite réalisé à titre préventif tous les 3 ans et ce, à partir de 25 ans.

Lire aussi : “Tout sur le HPV

Le frottis de dépistage est réalisé à l’aide d’un spéculum qui sert à élargir les parois de ton vagin afin d’étendre l’accès au col de l’utérus. Ton.ta praticien.ne utilise ensuite une petite spatule pour gratter délicatement la paroi et récupérer les cellules. 

Le frottis est généralement complètement indolore même si certaines personnes peuvent ressentir une petit gêne ou un petit saignement dans les heures qui suivent. Si c’est ton cas, pas de stress, ce n’est rien de grave. 

Si cet examen t’effraie, ne t’inquiète pas, on est toustes passé.e.s par là 💪 En revanche, sache que tu as tout à fait le droit de demander à ce que l’examen soit réalisé avec la plus petite taille de spéculum. 

En revanche, un frottis ne peut pas être réalisé si tu as tes règles car la présence de cellules sanguines peut fausser le résultat. Il est aussi recommandé de ne pas avoir de rapport sexuel durant les 48 heures qui précèdent l’examen. De même, si tu as une infection vaginale, il est recommandé de repousser la consultation. 

3- La palpation

La palpation des seins et des aisselles permet à ton.ta gynécologue de vérifier que tu n’as pas une éventuelle grosseur. Cette dernière pourrait être le signe d’un cancer du sein, d’où l’importance de surveiller dès les premières consultations, surtout si tu as des antécédents dans ta famille. 

4- Une échographie transvaginale 

L’échographie transvaginale n’est pas toujours nécessaire. Elle sert surtout à vérifier si ta cavité utérine est apte pour la pose d’un stérilet, dans le cas où il s’agirait du moyen de contraception que tu as choisi. 

Quel est le prix d’une consultation gynécologique ? 

Le prix d’une consultation gynécologique ne dépend pas de la localisation du spécialiste, mais de sa convention. C’est à dire que si ton.ta gynécologue est conventionné.e secteur 1, le prix de la consultation s’élève à 30 €, dans la mesure où tu as déclaré un médecin traitant. Si tu n’as pas de médecin traitant, le tarif passe à 35 €. Dans le cas où ton.ta gynécologue est conventionné secteur 2 le prix de la consultation dépend des honoraires qu’il a fixés. 

Warning : le tarif de la consultation en secteur 1 peut être réévalué en fonction des soins apportés par le.la gynécologue. C’est-à-dire qu’iel est en droit de majorer ta facture en fonction de certains gestes techniques : pose ou changement de stérilet, échographie… 

Dans tous les cas, n’oublie pas d’aller à ta consultation avec ta carte vitale afin de pouvoir être remboursé.e. Il faut savoir que si tu n’as pas déclaré de médecin traitant, en plus de payer un peu plus cher, ton remboursement sera moins élevé. En secteur 1, il s’élève à 70% sur un forfait de 30 € . Les 30% restants peuvent être pris en charge par ta mutuelle. Dans le cas d’une consultation en secteur 2, le remboursement s’élève aussi à 70% mais sur une base forfaitaire de 23 euros. Les 30% restants peuvent également être pris en charge par ta mutuelle. 

Watch out ! À partir du 1er janvier 2022, l'Assurance maladie prendra en charge à 100% et en tiers payant, tous les frais nécessaires à la contraception ! Cela comprend une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme, les examens biologiques afférents, ainsi que les contraceptifs proprement dit. C'est un bon début 😉