Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 85€ d'achat ✌️

Les règles à l’heure du coronavirus - Témoignages

Posté par Anaïs Koopman le
Les règles à l’heure du coronavirus - Témoignages

Quand on a voulu savoir si les cycles des personnes menstruées avaient été impactés par le confinement, le couvre-feu et par le virus lui-même, on s’est dit que le meilleur moyen de mener l’enquête, c’était de faire directement appel au Moodz Gang. On n’a pas été déçu.e.s !

On a reçu un paquet de témoignages… Il n’ont pas tous pu être relayés, mais ils ont tous été lus et grâce à vous, on peut affirmer deux choses : oui, beaucoup de personnes ont constaté un vrai changement dans leurs cycles et symptômes menstruels. Et oui, beaucoup d'entre elles voient un réel lien de cause à effet entre la période actuelle et ces perturbations.

PERTURBATIONS À BORD

Qu’est-ce qui a changé dans vos cycles et symptômes menstruels, depuis le début de la pandémie ? Apparement, pas mal de choses :

Des règles en retard… ou en avance !

Depuis mars 2020, la vie a ralenti… et les règles de certain.e.s aussi ! De quoi faire paniquer plus d’un.e et faire grimper les ventes de tests de grossesse. Marine témoigne : “Quand le premier confinement a été annoncé, j'étais sous pilule, avec des cycles super réguliers depuis des années. Jamais de retard ! Mais trois semaines après le début du premier confinement, alors que je devais avoir mes règles, rien. Ou plutôt, la panique : avec mon copain, j’avais des relations sexuelles sans autre protection que la pilule. Plutôt du genre à être assez stressée quant au fait de tomber enceinte, j’ai sérieusement flippé avec autant de jours de retard. C'était un mois d’angoisse, à imaginer les pires scénarios ! Heureusement, mes règles sont arrivées au cycle suivant.”

Pour d’autres, comme pour Amélie, les règles arrivent plus tôt depuis le début de la crise. Dans son témoignage, elle nous confie que depuis mi-avril dernier, ses règles sont en avance de deux jours et durent de plus en plus longtemps : ça s’amplifie petit à petit”. Et pourtant, comme Marine, elle est sous pilule depuis des années !

Des symptômes menstruels beaucoup plus forts

Depuis le printemps dernier, certain.e.s ont eu des douleurs et des saignements beaucoup plus forts pendant leurs règles. Par exemple, Wendy a vécu ses règles de manière inhabituelle un mois après le début du “big confinement” : “En avril dernier, j’ai beaucoup souffert de mes règles. Je vomissais, j’avais de la fièvre et je dormais beaucoup. J'ai dû prendre rendez-vous en urgence chez la gynéco, qui a d’abord changé ma pilule, puis m'a fait refaire tous les tests IST et MST, faire un test de grossesse… bref, la totale !” Pareil en mai, puis en juin… jusqu’à ce que les médecins réalisent que sa pilule ne lui convenait plus et que le confinement avait “accéléré le processus d’intolérance”.

Margaux, qui a l’habitude de règles parfaitement régulières, a aussi été surprise, mais plutôt au niveau des saignements : “Normalement, mes règles durent trois jours avec un seul jour de flux moyen-abondant. Pendant le confinement, j’ai eu des saignements hors de mes règles et des règles ultra-abondantes. Une fois, j’ai même passé une semaine assise sur mes toilettes à me nettoyer les cuisses à cause des fuites.”

Un SPM au taquet

De son côté, Alice a l’impression que tous ses ressentis - à la fois physiques et psychologiques -, se sont amplifiés pendant la crise. Alors, les jours qui précédant ses règles, tous ses symptômes prémenstruels sont aussi beaucoup plus présents : “j’ai la poitrine et le ventre beaucoup plus gonflés, je suis encore plus irritable, bref : tout est plus intense qu’en temps normal pendant mon SPM ces temps-ci.

Pendant le premier confinement, Margaux a aussi remarqué cette sensibilité exacerbée les jours avant les règles : “J’ai toujours eu des sautes d’humeur en amont des règles, mais j’ai remarqué qu’ils étaient totalement accrus durant les deux premiers mois de confinement. À ça s’ajoute une sensation de seins lourds, fermes et sensibles… deux semaines par mois !” Suite à quoi, Margaux a elle aussi fait plusieurs tests de grossesse pendant cette période : elle n’a pas l’habitude de ressentir autant de tension à la poitrine. Au bout de plusieurs résultats négatifs, elle a fini par faire le lien avec son SPM et le contexte actuel.

LA FAUTE À QUOI ?

Alors ok, les règles n’ont pas arrêté de changer ces derniers mois. Mais… Comment l’expliquer ? Pour celles qu’on a interrogées et la médecine, il y a plusieurs raisons.

Règles & Covid-19

règles & covid

Quand Clotilde a été testée positive au coronavirus début septembre, ça n’a pas été sa seule surprise : ses règles aussi se sont pointées, une semaine à l'avance ! Résultat : “Une horreur. Des douleurs beaucoup plus intenses (non-soulagées par la prise d’anti-inflammatoires) que d’habitude, une fatigue accentuée et un flux bien plus important qu’en temps normal. Les symptômes de la Covid-19 ont duré trois semaines. Mais depuis, ses menstruations restent plus difficiles qu’avant ! Margaux aussi a eu le le coronavirus en même temps que ses règles… elle raconte qu’“elles ont été particulièrement douloureuses et hémorragiques”

Pour Clotilde et Margaux, le virus a eu un réel impact sur leur cycle menstruel… et elles ne sont pas des cas isolés ! En décembre dernier, une étude a été menée auprès de 3 762 patients qui ont eu le coronavirus pendant au moins 28 jours. Résultat, 36,1% des personnes menstruées parmi les sondé.e.s ont constaté des changements dans leurs menstruations pendant qu'elles étaient atteintes de la Covid-19. Parmi ces changements, elles mentionnent notamment des règles irrégulières et/ou des règles plus abondantes que d’habitude.

Changement de rythme et d’habitudes

Pour Marine, tout est une question de rythme : “Clairement, je pense que le retard de mes règles était dû à un changement radical dans mon rythme de vie. Le fait de rester chez moi, de moins être en activité et de ne plus sortir a certainement eu un impact sur mon corps et donc sur mon cycle.”

Et qui dit ralentissement, dit peut-être plus grande attention à ce qu’il se passe dans nos corps. D’après Alice, on passe tellement de temps avec nous-même, sans occupation, qu’on remarque peut-être plus ce genre de choses. Toujours selon Alice, d’autres changements entrent en jeu, comme “des interactions réduites, un changement dans nos habitudes alimentaires”. De quoi chambouler nos organismes, y compris nos cycles. 

Quand nos règles chopent notre stress

règles stress

Illustration : @maliv

Alice pense aussi qu’il y a plusieurs autres “coupables”. Pour elle, l’ensemble des contraintes liées à la situation actuelle a des effets sur notre mental et donc sur notre corps, notamment en période de règles : “Entre un sommeil potentiellement moins réparateur et moins serein, une fatigue hivernale et mentale et du stress, il me paraît normal que nos corps réagissent différemment que d’habitude.” Victoria est du même avis. Selon elle, c'est l’angoisse due à la période qui a impacté ses règles : “Une fois, j’étais tellement angoissée sans échappatoire ou divertissement (je ne voyais personne, seulement des écrans), que j’ai eu mes règles pendant quinze jours.”

Ce lien entre le stress et les règles n’est pas nouveau et a déjà été scientifiquement prouvé. Dans l’article “Cycle menstruel : comment le Covid-19 influe sur nos règles”, Refinery29 cite la gynécologue-obstétricienne Mary Jane Minkin, qui confirme que “le stress peut perturber vos règles de façon spectaculaire, puisqu’il joue avec vos hormones”. Et qui dit "perturbation des hormones et des règles”, dit “perturbation des saignements”, d’après la gynécologue-obstétricienne Mary Jacobson aussi citée dans cet article. Elle affirme le fait que “chaque fois que le cycle menstruel normal est perturbé, les saignements risquent de devenir anormaux”. L’article mentionne aussi une étude publié dans Sleep Medicine, selon laquelle un sommeil irrégulier est fortement lié à des règles irrégulières.

On peut donc dire que nos membres du Moodz Gang sont ultra-lucides sur ce qu’il se passe dans leur body, au niveau de leurs cycles… et sur les causes de ces changements !

En tout cas, comme le souligne Julia, il y a des avantages à tout. Elle nous raconte qu’elle a des règles douloureuses et préfère être chez elle pendant cette période : “Lorsque je suis en télétravail, je me sens plus tranquille pour les affronter. C'est quand même plus agréable de les avoir chez soi qu'au bureau à se tortiller dans tous les sens. Plus la peine d’essayer de faire semblant d’aller bien pour faire bonne figure auprès de mes collègues, alors que ça ne va pas du tout ! Ça m’évite l'épisode où je finis par m'allonger sur le canapé de l'entrée du bureau avec une bouteille d'eau chaude sur le ventre...” 

Merci encore à celles qui ont contribué à cet article. On revient vite vers vous pour de nouvelles collaborations 🚀