Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 3 culottes ✌🏻✌🏽✌🏿

Le syndrome prémenstruel dans tous ses états

Posté par Anaïs Koopman le
Le syndrome prémenstruel dans tous ses états

SPM, comme “la Semaine la Pire du Mois” ? Ouais, c’est presque ça.

Le #SPM, a.k.a le Syndrôme Prémenstruel en langage médical, c’est la tempête qui s’abat sur 20 à 50 % des femmes en âge de procréer, les jours précédant leurs règles.

Et une fois de plus, l’intensité de ces symptômes varie en fonction de chaque personne menstruée.

Chez Moodz, on aime te rappeler que le savoir… c’est le pouvoir : mieux tu sauras identifier ton #SPM, plus tu l’accepteras, et mieux tu le vivras.

Alors pour toi, on a enquêté sur la tempête SPM. 

Quèsaco? 🧐

D’abord, place à la définition médicale : le syndrome prémenstruel, c’est l’ensemble des symptômes physiques ET émotionnels qui surviennent habituellement de 2 à 7 jours avant les règles (et parfois jusqu’à 14 jours (!!)).

La plupart du temps, ils te disent bye-bye quand tes règles arrivent, ou dans les jours qui les suivent.

Et ouais : si les règles peuvent être une période compliquée, la galère commence dès la semaine précédente pour certain.e.s !

Dans la vraie vie, le SPM, c'est surtout la période où :

  • Le poids de tes seins double. 
  • La barre que tu as dans le crâne n’est pas le résultat d’une soirée biberonnée à la Margarita. 
  • Tu pleures pour un rien, surtout devant les meilleures scènes de love de ta série préférée.
  • Tu as envie de tout quitter. Tout. Ton job, ton mec, ton appart, ...
  • Tout ça, au choix. Ou pas.

Le truc, c’est que le SPM regroupe un (très) grand nombre de symptômes.

Les différents symptômes 🥵

spm

Illustration : @daisy.dessine

Au menu de ton SPM, donc : fatigue, seins sensibles/gonflés, gonflement du bas ventre, maux de tête et irritabilité. À table !

Et comme si cela ne suffisait pas, d’autres symptômes du syndrome prémenstruel s’ajoutent à la liste :

  • Niveau body : des douleurs musculaires et/ou articulaires, de la rétention d’eau (= le gonflement des tissus), des crampes abdominales, de la diarrhée et/ou de la constipation (#PeriodPoop), des douleurs au bas du dos, des bouffées de chaleur, des difficultés à dormir ou au contraire beaucoup, beaucoup de temps passé à dormir, un manque d’énergie relatif à la fatigue ressentie, une diminution de la libido, un changement d’appétit et parfois même des fringales (sucrées comme salées), etc. 
  • Niveau mood : irritabilité, anxiété, difficulté à te concentrer, tristesse, accès de pleurs, colère et solitude, etc. 

#Reminder : à chaque personne menstruée ses symptômes.
Mais on te donne quand même quelques stats :

  • Près de 75% des personnes menstruées ont des symptômes légers la veille ou au moment de leurs règles (ex : des crampes légères à l’utérus). Malgré tout, elles vivent leur vie normalement (presque) #OKLM. 
  • De 20% à 30% d’entre elles ont des symptômes assez importants pour les déranger dans leurs activités du quotidien. 
  • 2 à 6% d'entre elles ont un Trouble Dysphorique Prémenstruel (TDP) : une forme sévère du SPM incluant des symptômes psychiatriques. 

La faute à qui ? 🤬

Dans notre article sur les quatre phases lunaires du cycle menstruel, Moodz est revenue sur la croyance selon laquelle la période du SPM est influencée par la lune.
D’après la médecine traditionnelle, le syndrome prémenstruel est lié à ton cycle hormonal, puisqu’il est le résultat des changements hormonaux qui ont lieu avant l'arrivée des menstruations.

En fait, tes règles sont déclenchées par un système hyper bien rodé : ton système endocrinien.
C'est l'ensemble des organes qui s'occupent de sécréter les bonnes hormones au bon moment pour que tout fonctionne parfaitement dans ton corps.
Pour gérer tes règles, c'est le trio hypophyse (une glande endocrine qui sécrète de nombreuses hormones) + hypothalamus (il intervient dans la régulation du système nerveux autonome et des fonctions endocrines) + ovaires qui fait le taff.

Explication : pendant la deuxième partie du cycle menstruel, la sécrétion d’oestrogènes baisse, celle de la progestérone augmente, puis chute à son tour en l’absence de grossesse #LesAnglaisDébarquent.
Ces fluctuations hormonales entraînent parfois des gênes, des douleurs et des manifestations psychologiques.
Par exemple, les oestrogènes provoquent un gonflement des seins et une rétention d’eau, que la progestérone est censée atténuer... normalement.
Mais si tu as un excès d’estrogènes ou une insuffisance de progestérone, tu peux ressentir une tension douloureuse dans les seins.

Ces hormones interagissent aussi avec les hormones de ton cerveau = celles qui régulent ton humeur, comme la sérotonine. En gros, la chimie de ton cerveau suit les fluctuations hormonales de ton cycle menstruel.

Malheureusement, il est encore difficile de savoir pourquoi certaines personnes souffrent de symptômes prémenstruels (très) importants, et d’autres peu ou pas du tout.

Un diagnostic pour le #SPM 📈

Puisque le SPM peut être très difficile à vivre pour certaines (malgré un mode de vie sain et/ou le recours à des anti-douleurs), un diagnostic peut être fait avec l’aide d’un docteur.
L’idée, c’est de déterminer quel type de SPM te concerne, et de trouver des solutions pour adoucir et/ou mieux vivre tes symptômes.

Malheureusement, la médecine classique ne propose pas encore de remède au syndrome prémenstruel.
Parfois, un contraceptif hormonal peut aider. D’autres médicaments peuvent être prescrits, selon les symptômes qui t’affectent.
On peut citer par exemple les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), les diurétiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Pour traiter le Trouble Dysphorique Prémenstruel (TDP, a.k.a le SPM +++), ton médecin peut aussi te prescrire une autre contraception, des antidépresseurs et/ou te conseiller de suivre une thérapie cognitive du comportement (fondée sur l'apprentissage de nouveaux comportements).

Les tips du Moodz Gang 🧡

Ok, maintenant que tu sais pourquoi tu souffres avant tes règles, on ne va pas te laisser comme ça.
Pour t’aider à vivre cette période du mois au mieux, Moodz t’a préparé quelques petites tips #TakeCare.

Tenir un “journal de SPM”

Le premier #tip qu’on peut te donner, c’est de tenir une sorte de “journal de SPM”. Pour ce faire, tu peux notamment t’aider d’une application qui suit ton cycle, comme Clue ou Flo.

L'objectif est d'identifier des symptômes récurrents = qui surviennent à la même période + disparaissent pendant au moins une semaine par mois. Si toutes ces conditions sont remplies, tu peux les considérer comme des SPM.

Si tu notes tes symptômes de SPM, tu pourras plus facilement déterminer la période à laquelle ils débarquent (et repartent, un remember que cette période ne dure pas), et mieux t’y préparer.
Aussi, tu pourras plus facilement relativiser : “ok, j’ai envie d’envoyer tout balader, mais au moins, je sais pourquoi”.
L’idée, c’est de prendre soin de toi et de ne pas (trop) écouter ce que te soufflent tes hormones à ce moment-là.
On te conseille aussi d’éviter de prendre des décisions trop radicales à ce moment de ton cycle.

#Bonus : certaines personnes souffrent de troubles mentaux hors-SPM. Tenir un tel journal pourrait les aider à remarquer si des symptômes fréquents, voire quotidiens, s’aggravent en période prémenstruelle.

Prendre soin de toi

moodz spm

On ne te le dira jamais assez : self-care is the new cure! 
Si tes symptômes dépendent de tes hormones, ces dernières dépendent aussi de ton mode de vie !! Autrement dit, plus ton lifestyle sera healthy, moins tu devrais subir ton SPM.

Dans ce sens, un healthy lifestyle, c’est :

  • une bonne alimentation (fast food accepté, mais pas trop souvent !)*
  • du sport régulièrement (danse, cours, vole !)
  • moins de caféine (#infusion), d’alcool (#VirginMojito) et de sel… 
  • le moins de stress possible (#YogaTime) 
  • dormir assez (le dream). 

*Une bonne alimentation “anti-SPM”, c’est, dans l’idéal :
-plus (+) de fruits, de légumes, de grains entiers, de produits laitiers, de fruits de mer, de légumineuses et de noix
-moins de viandes rouges et transformées, de boissons sucrées, de produits céréaliers raffinés (pain, riz blanc, gateaux, etc.)... même s’ils sont souvent plus tentantes pour certaines durant cette période #FringalesAlert.

L’idée, c’est notamment de ne pas mettre ton système digestif davantage en difficulté, souvent sujet à de la diarrhée et/ou de la constipation à cette période…
Du coup, si tu as suffisamment de fibres et de liquides dans ton alimentation, tu pourras peut-être alléger ces symptômes.

#WatchOut : Bien évidemment, ces conseils sont à adopter et nuancer selon chaque personne. L’avis d’un.e professionnel.le de santé (diététicien.ne, nutritionniste) peut être utile.

#CherryOnTheCake : Pour compléter ton “Journal de SPM”, tu peux aussi écrire tes envies de food et noter la période de la journée concernée.
Par exemple, si tu te rends compte que tu es plus tenté.e par des aliments gras et/ou sucrés en fin de journée, tu pourras prévoir des collations plus saines et moins inflammatoires pour ton dear body

On espère t’avoir appris des choses sur le fonctionnement de ton corps.
Puisque t’informer au mieux est une de nos priorités, on prévoit de revenir sur le SPM très bientôt avec d’autres tips. #ScienceEtViedeTonCorps

En attendant, on t'envoie plein de Moodz Love !! 💪💜