Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 3 culottes ✌🏻✌🏽✌🏿

Ces probiotiques qui veulent du bien à ton vagin

Posté par Anaïs Koopman le
Ces probiotiques qui veulent du bien à ton vagin

Dans notre article “leçon de self-care pour ta vulve”, on t’a parlé de ta flore vaginale, et des manières d’en prendre soin au quotidien. On a notamment mentionné l'hygiène, mais aussi les réflexes #AfterSex, ou encore les avantages de l’adoption d’une culotte de règles pour le bien-être de ton dear vagina.

Bref, on a parlé de beaucoup, beaucoup de choses, mais pas de probiotiques. Et pourtant, ces derniers peuvent être de super friends pour ton vagin ! On t’explique pourquoi, et comment faire le meilleur usage des probiotiques.

La flore vaginal : petit rappel 🌷

Vagina Museum

Pour rappel, la flore vaginale, c’est tout un écosystème, qui prend place dans ton vagin. Il est composé de micro-organismes, de bactéries et de levures, censés protéger ta muqueuse vaginale et son équilibre.

Bref. Ta flore vaginale, c’est un peu ton bouclier contre les infections en tout genre… quand tout va bien. Car le truc, c’est que cet écosystème est fragile et se déséquilibre très (trop) facilement.

Pourquoi ? Le plus fréquemment à cause d'un déséquilibre hormonal, d'un excès d’hygiène intime ou de la prise de médicament (types traitement antibiotique #PasAutomatique, surtout). Suite à cela, ta flore vaginale peut se dérégler et être sujette à des mycoses (= développement de champignons dans ton vagin), des infections vaginales (vaginoses bactériennes = infections vaginales bénignes OU vaginites bactériennes = inflammation de ton vagin) et urinaires.

Si tu veux éviter tout ça (bye bye, infections), tu peux relire notre article sur le sujet ET (re)faire la connaissance des probiotiques !

Quels symptômes d’une flore déréglée ? 🦠

Avant tout, il faut que tu saches reconnaître les éventuels symptômes de  déséquilibres de la flore vaginale :

-Des sécrétions épaisses et mal odorantes*,
-Des démangeaisons,
-Des brûlures,
-Des douleurs lors des rapports sexuels liées à une irritation.

*Pour plus d’informations concernant les pertes en tout genre (les “bonnes”, comme les “mauvaises”), tu peux consulter notre “Abécédaire des pertes, fluides et sécrétions pour tout piger sur son corps”. Enjoy the ride!

Et maintenant, retour aux vraies re-sta de cet article : les probiotiques.

Les probio-quoi ? 🤔

Tu connais, les probiotiques ? Si tout le monde ne les connaît pas, beaucoup en ont entendu parler et/ou en ont pris pour les bienfaits de leur flore intestinale. Et pourtant, les probiotiques ont d’autres compétences, comme participer à la bonne santé de ta vulva.

D’après la définition de l’OMS, “les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels”.

Leur gros “plus” ? T’éviter des médicaments plus classiques, qui dans le cas de la flore vaginale, peuvent parfois être plus agressifs envers cette dernière (c’est le cas des ovules et/ou crèmes antifongiques parfois prescrit pour traiter les mycoses vaginales).

Comment ça marche ? 🤓

Les probiotiques sont utiles pour ta santé vaginale, car ils sont majoritairement composés de lactobacilles protecteurs vivants. Les lactobacilles font naturellement partie de ta flore vaginale et de ta flore intestinale.

Ce sont des bactéries considérées comme “bonnes”, puisqu’elles participent au maintien de l'acidité normale dans ton vagin et au blocage de la prolifération des microbes minoritaires. Autrement dit, elles assurent l’équilibre de ta flore.

Lorsque ton corps manque de lactobacilles, tu peux donc prendre des probiotiques vaginaux pour rétablir l'équilibre de ta flore. Une seule condition : les prendre en quantité suffisante !

Si tu as besoin de preuves de leur efficacité, cette dernière a été démontrée sur la réduction des symptômes des mycoses (par exemple) ET sur la prévention des récidives.

Une étude, faite sur 55 femmes infectées par la Candida (la mycose vaginale la plus fréquente) le montre :

  • seules 10% des femmes sous probiotiques (pris pendant 28 jours) avaient encore des démangeaisons (un des symptômes fréquents des mycoses vaginales), contre 35% sous placebo
  • seules 10% des femmes sous probiotiques avaient encore des Candida dans leurs sécrétions vaginales, contre 38.5% chez celles sous placebo.

Bref. Probiotiques : 1 - Infections : 0.


Probiotiques, mode d’emploi 📃

 

Vagina Museum


Alors, quand et comment prendre les probiotiques ? On te conseille de les prendre à la fois en traitement et en prévention ! 

Tu peux dégainer les probiotiques si :

  • tu veux rétablir une flore de lactobacilles correcte, autrement dit en cas de mycose et/ou d’infection vaginale et/ou d’infection urinaire
  • tu veux prévenir une éventuelle récidive de mycose et/ou d’infection vaginale et/ou d’infection urinaire 
  • tu prends des antibiotiques 
  • tu es enceinte #DéreglementFréquentDeTaFlore et a déjà eu des mycoses récidivantes par le passé. 

En d’autres mots, les probiotiques et ta flore vaginale, c’est un peu comme tes potes et toi : il faut entretenir la relation ! Pas la peine d'attendre le clash pour se dire les choses : mieux vaut prévenir que guérir...

Concrètement, prendre ces probiotiques par voie orale (#gélules) est plus efficace que de les prendre par voie locale. On t’explique : ton réservoir de lactobacilles se trouve dans ton rectum (voie d’élimination digestive) et non dans ton vagin ! Autant alimenter ton body directement via le réservoir… nope?

Bon, tu connais la chanson : même si on te donne le max d’infos sur notre Journal, n’oublie pas d’aller chez ton médecin traitant ou best gynéco qui saura te diagnostiquer en cas de symptômes et te prescrire ce qu’il te faut en s’adaptant aux germes qui manquent à ta flore.

En fait, la vraie règle, c’est ça : mieux tu prendras soin de ton vagin, plus il sera cool avec toi 😎💜 (Et ça passe par l’adoption de culottes menstruelles notamment) 🚀