Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 3 culottes ✌🏻✌🏽✌🏿

Period timing : pourquoi tes règles sont parfois irrégulières

Posté par Anaïs Koopman le
Règles-irrégulières

Les règles. On peut les attendre avec impatience, comme les redouter. Dans tous les cas, on se demande toujours quand elles seront là, pour combien de temps et quand elles repartiront. Parfois, elles sont là comme prévu, ou même en avance. D’autres fois, elles sont en retards, ou même absentes. D’autres fois encore, elles jouent à cache-cache : un coup là, un coup pas là, dur de les suivre à la trace. Comment et pourquoi sont-elles parfois irrégulières ? Moodz a enquêté pour toi.

La temporalité du cycle menstruel idéal 

Évidemment, tout serait plus simple si nos cycles étaient toujours réglés comme du papier à musique. À en croire ce qu’on a toujours entendu en cours de SVT, “le cycle menstruel est une activité cyclique de la fonction endocrine de l’ovaire qui se manifeste par l’écoulement de sang pendant deux à six jours, survenant de manière répétée tous les 28 jours.” Spoiler alert : ça n’est pas toujours le cas ! Voici quelques cas de figure plutôt fréquents :

Idéal vs réalité : quand les règles se rebellent

  • Les règles retardataires...

Et la politesse, tu connais ? Bien que leur arrivée ne sonne pas toujours l’heure de notre période préférée du mois, les règles se font parfois attendre. Elles soulèvent alors en nous inquiétudes et questionnements. Suis-je enceinte ? Ai-je un soucis ? Une maladie ? Avant de t’emballer dans l’attente d’une perte de sang, tu peux lire la liste de causes possibles de dérèglements menstruels. Si un doute persiste, tu pourras rendre visite à ton gynéco ! 

… ou celles qui ont un train d’avance

Surprise ! Tes règles sont là en avance. Mais… pourquoi ? Avoir des règles rapprochées, c’est rarement une partie de plaisir. Et puis, si ça arrive lorsqu’on ne l’avait pas prévu, autrement dit quand on portait sa plus belle lingerie, c’est encore moins cool ! Mais le plus important reste de noter l’avance, et d’essayer de comprendre pourquoi. Est-ce un dérèglement isolé ou fréquent ? Évidemment, un spécialiste pourra t’aiguiller sur la question.

  • Les règles fantôme…

 

 


WHERE ARE YOU? Eh non, l’absence de règles n’est pas toujours justifiée par une grossesse. Plusieurs autres raisons existent et c’est pour ça qu’on est là. Tu peux bien sûr faire un test, mais avant de t’imaginer en future maman, n’oublie pas de passer au crible les autres causes possibles !

… et celles dont l’abondance varie

Un peu, beaucoup, un peu, beaucoup : dur de s’adapter ! Pareil que pour les cycles irréguliers, les règles peuvent aussi varier en terme d’abondance. Pour ça, même chose : déterminer la cause du problème t’aidera à le solutionner !

Pourquoi nos cycles menstruels font parfois n’importe quoi

Si une seule cause expliquait des règles irrégulières, ce serait trop facile. En réalité, de nombreuses raisons peuvent les expliquer. Voici les principales : 

  • La puberté

Si tu commences à peine à avoir tes règles, d’abord, #welcometotheclub! Ensuite, pas d’inquiétudes : ton niveau d’hormone fluctue beaucoup durant la puberté. C’est donc normal si ton cycle menstruel est plus ou moins court, surtout si tu es encore une jeune fille ! Parfois, le cycle menstruel peut mettre jusqu’à six ans pour se stabiliser ! Il peut même de nouveau varier par la suite. Attention, secousse !

  • Un traitement hormonal

La pilule est si démocratisée aujourd’hui qu’elle est presque devenue anodine. Et pourtant, elle ne l’est pas. Comme d’autres contraceptifs hormonaux tels que le stérilet ou l’implant hormonal, elle contient des hormones qui affectent le cycle menstruel ! Rien que le fait de changer de moyen de contraception demande à ton corps un temps d’adaptation et donc parfois une variation de ton cycle, à commencer par le premier jour des règles. Normalement, au bout de trois mois de test de ton moyen de contraception, tu sauras si celui-ci te convient, ou non. Si tu en doutes, il faudra en parler à ton gynéco.

Dans la liste des traitements hormonaux, il n’y a pas seulement les moyens de contraception. Les médicaments pour la thyroïde, les stéroïdes et les antipsychotiques peuvent aussi perturber les récepteurs hormonaux. En conséquence, ton cycle peut lui aussi être chamboulé. En cas de retard ou d’avance d’une semaine, ton gynécologue et ton spécialiste pourront te conseiller au mieux.

 

 Photo : Footeuses - Yard 

 

  • Une activité physique au top du top

 Tu es une grande sportive ? Sache que ton activité physique intense peut altérer ton cycle hormonal ! Et oui, puisque “le corps est bien fait”, il se peut qu’il envoie un signal à ton cerveau pour lui demander de ne plus produire d’hormones de fertilité ! Pourquoi ? Car en te voyant enchaîner les entraînements et éventuellement stocker peu de graisse corporelle, il peut considérer que tu n’es pas prête à avoir un bébé. Comment y remédier ? En calmant un peu le rythme. Attention, si ton cycle ne revient pas à la normale après un break, n’hésite pas à consulter ton gynécologue pour t’assurer que tu ne sois pas concernée par une aménorrhée (absence de règles à terme). 

  • Un sommeil irrégulier

Sache que tu as une horloge interne, qui a besoin d’être bien réglée. Si ce n’est pas le cas, cela affectera la mélatonine (hormone du sommeil) qui influence tes hormones de reproduction. Ces dernières affecteront à leur tour ton ovulation et tes règles. Si tu à un rythme décalé, n’hésite pas à réunir toutes les conditions nécessaires à un bon sommeil, même en journée, pour ne pas trop chambouler ton horloge interne (#fermetesrideaux!). Si tu es souvent jet-laguée, tu pourrais également être sujette à une aménorrhée ! Dans ce cas, il faudra aussi penser à consulter ton médecin et surtout, hop, au dodo !

  • Le surpoids, ou la perte de poids

Lorsqu’une femme est en surpoids, elle produit trop d’oestrogènes. La conséquence ? Des règles irrégulières, abondantes et très longues (parfois plus d’une semaine). Plus grave encore, cela peut aussi provoquer un risque d’endométriose voire de cancer de l’endomètre, aka la muqueuse qui tapisse la paroi de l’utérus. Au contraire, si tu perds beaucoup de poids (par exemple en cas de régime alimentaire extrême), un manque de calories pourrait bloquer la production d’hormones nécessaires à l’ovulation. Si tu es concernée, n’hésite pas à prendre rendez-vous chez ton gynécologue qui pourra t’aider à réduire de tels risques.

  • La préménopause

On parle beaucoup de la ménopause, moins de la période qui la précède : la préménopause peut marquer le début de changements hormonaux chez une femme. Cela peut notamment passer par des règles irrégulières et des bouffées de chaleur. Elle peut même durer jusqu’à dix ans ! Le point d’arrivée de la ménopause est marqué par une absence de menstruations pendant un an.

  • L’endométriose 

En deux mots, lorsqu’une femme souffre d’endométriose, des tissus similaires aux tissus utérins se développent dans d’autres parties de son corps. Cela explique des douleurs et crampes abdominales, des règles douloureuses, des douleurs pendant les rapports sexuels et aussi des saignements irréguliers. Parfois, ils sont si importants que la patiente a l’impression qu’elle repart pour un deuxième cycle ! Si  tu reconnais ces symptômes, prends rendez-vous chez un gynéco, si possible spécialisé en endométriose. 

  • Des ovaires micropolykystiques

Des règles anormalement espacées (entre 6 semaines et 2 mois et demi entre deux cycles) peuvent être symptomatiques d’ovaires micropolykistiques, une maladie endocrinienne, tout comme une pilosité excessive et de l’acné. Tu connais la chanson : au moindre doute, rendez-vous chez ton gynéco favori !

  • Des problèmes de thyroïde

La thyroïde étant un régulateur d’hormones dans le corps, si celle-ci bug un peu, ça touchera logiquement tes règles, entraînant parfois des cycles menstruels irréguliers, provoqués par une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie. Les symptômes de l'hypothyroïdie ? Avoir toujours froid, être constipée, fatiguée en permanence, avoir une peau pâle, un visage bouffi, un cœur qui bat très lentement et une prise de poids anormale… ainsi des règles très importantes. Au contraire, si tu es atteinte d’hyperthyroïdie, tu auras tendance à te sentir très irritable, à perdre du poids sans raison à avoir toujours chaud, les yeux gonflés, la diarrhée, des insomnies ou encore le cœur qui bat rapidement, mais aussi un arrêt de tes règles, ou encore un cycle très irrégulier. Si tu penses avoir un problème de thyroïde, rends-toi plutôt chez un endocrinologue.

  • Des fibromes utérins

Pas de panique ! Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes qui s’installent sur la paroi de l’utérus. Bien qu’elles ne soient pas malignes, elles peuvent provoquer des saignements et des pertes menstruelles très abondantes et rapprochées. Si tu es atteinte de fibromes utérins, tu auras tendance à ressentir une pression sur le pelvis accompagnée d'un besoin continuel d’uriner, à souffrir de douleurs dans le bas du dos et à avoir mal lors des rapports sexuels. Si tu penses souffrir de ces symptômes, #parlesenàtonmédecin.

Dans tous les cas, n’hésites jamais à si tu remarques que tes cycles sont irréguliers, que tes saignements sont absents ou au contraire trop importants, et/ou si tu ressens des douleurs pelviennes. Tu peux aussi noter que des règles trop fréquentes et intenses pourraient engendrer une anémie dangereuse à terme, et qu’un manque d’ovulation pourrait entraîner des problèmes de fertilité.

Écrit par Anaïs Koopman - Rédactrice Moodz

 

Endométriose : ce que vivent les endo-warriors

Tu aimeras aussi