Panier d'achat
Livraison offerte en France métropolitaine jusqu'au 24/10/2021

Règles et mycoses : pourquoi ça te démange pendant ton cycle menstruel ? 

Sensations de brûlures, rougeurs vulvaires, pertes vaginales abondantes… Tu l’as compris, aujourd’hui on s’attaque à un sujet qui démange : la mycose. À l’origine, une histoire de petits champignons Candida Albicans qui prolifèrent et qui grattent, qui grattent, qui grattent. Mais alors, quand ils s’associent à la période de règles, c’est encore autre chose. 

Focus sur la mycose, notre pire cauchemar pendant les règles et qui touche pourtant 75% des personnes menstruées. Moodz te dit tout sur leur provenance, leurs symptômes et les traitements envisageables pour venir à bout de ce mauvais moment. 

Mycose : c’est quoi au juste ? 

À l’origine de la mycose, la prolifération de levures (aka des champignons), qui sont naturellement présents dans ton corps. Le hic, c’est quand ces derniers grossissent un peu trop. Résultat : coucou l’infection vaginale qui se transforme en bonne vieille mycose.

D’ailleurs, mettons dès maintenant un terme aux rumeurs : Non, les mycoses ne sont pas sales. À l’inverse, elles se développent plus fréquemment chez les personnes qui ont tendance à trop insister sur l’hygiène intime.  

Comment se développe la mycose pendant les règles ? 

Fourbe jusqu’au bout, cette infection peut arriver à n’importe qui et n’importe quand, avec une petite préférence pour ta période de règles. La raison est toute simple et encore une fois, la faute revient aux oestrogènes. Encore eux ! On t’explique, tes oestrogènes (aka tes hormones féminines sexuelles) sont en partie responsables de la production de glycogène (aka le sucre) dont le champignon Candida Albicans raffole. 

En bref, tes mycoses se développent sous l’effet des oestrogènes, d’où leur apparition en même temps ou juste avant ton cycle menstruel. D’ailleurs, les personnes enceintes qui ont un taux d’hormones élevé et les personnes diabétiques, qui ont un taux de glycémie élevé, sont fréquemment sujettes aux mycoses. 

D’autres facteurs peuvent aussi inciter le champignon à se développer 👇
    - La prise d’antibiotiques : il est prouvé que les antibiotiques tuent une grande partie des bactéries qui se trouvent dans ta flore vaginale. Le problème, c’est qu’en tuant l’ensemble de ces dernières, les antibiotiques tuent aussi les bactéries chargées de combattre la croissance du champignon. L’équilibre de la flore vaginale est bouleversé : #HelloLaMycose

    - Les savons au pH trop élevé : Pour éviter de fragiliser la flore vaginale, son pH acide (environ 4,5) doit être maintenu. Il est donc recommandé de ne pas utiliser des savons au pH supérieur (neutre ou alcalin) afin de ne pas la débarrasser de son acidité naturelle. 

    - La prise de corticoïdes :ils ont la mauvaise réputation d’altérer le système immunitaire. 

Comment reconnaître la mycose ? 

Pour savoir si tu as développé une infection vaginale, tu devrais le savoir assez vite #ÇaGratte. Toutefois, les symptômes de la mycose ressemblent à ceux d’autres infections gynécologiques. Au moindre doute : passe un coup de fil à ton médecin. En attendant ton rendez-vous, Moodz te décrypte les symptômes 👇

- Des pertes vaginales abondantes, plus épaisses que d’habitude et plus visqueuses. En bref, des pertes blanches qui ressemblent à du lait caillé.
- Une vulve toute rouge et qui peut doubler de volume.
- Des brûlures à la vulve et qui peuvent s’étendre au vagin.
- Des démangeaisons sans fin qui peuvent devenir très intenses.
- Des douleurs qui ressemblent à une infection urinaire et qui stagnent au niveau du bas ventre.
- Une possible sécheresse vaginale

En revanche, une mycose vaginale n’a pas d’odeur ! Si tu te poses des questions à ce propos, on a écrit un article détaillé pour t’aider à comprendre l’odeur de ton vagin.

Comment soigner une mycose pendant les règles ? 

Bon, l’avantage d’une mycose, c’est que ça se soigne assez facilement, même pendant les règles. Avant toute chose, rends-toi chez ton médecin pour être sûr.e qu'il s'agisse d'une mycose ou bien d'une autre infection aux symptômes proches.

Même si elles ne causent pas de complications, il est quand même conseillé de les prendre en main assez rapidement, ne serait-ce que pour stopper les douleurs et les démangeaisons. On te résume les traitements qui s’offrent à toi 👇
- Une crème antifongique que tu peux trouver en pharmacie
- Un ovule antifongique à prendre le soir et à associer avec une crème
- Des probiotiques vaginaux
- L’huile de coco aux propriétés antifongiques et antibactériennes à utiliser en application externe à l’aide d’une compresse.

Si tu es sujet.te aux mycoses à répétition, ton médecin te conseillera alors la prise d’un antifongique oral à prendre pendant 3 à 6 mois.  

- Des protections hygiéniques adaptées 

Règles + mycose = démangeaisons +++. En bref, ce n’est pas le meilleur moment pour les tampons, les serviettes et les protège-slips. La raison : ils empêchent la vulve de respirer en retenant la chaleur et l’humidité. Résultat : ils favorisent encore plus la croissance du champignon. De même, si tu as pris un ovule vaginal, il est fortement déconseillé d’utiliser un tampon. 

Ta BFF : la culotte menstruelle. Nos Moodz sont justement prévues pour ça et s’adaptent à tous les flux et tous les styles. Tu peux les porter jusqu’à 12h sans risquer la moindre odeur et la moindre fuite. En revanche, rince-la sous l’eau froide pendant 30 minutes avant de la mettre à la machine avec un programme 30 degrés, sans adoucissant, ou détachant.

- Une hygiène intime stricte… mais pas trop 

Quand on a une mycose, on a tendance à insister sur l’hygiène intime. Malheur ! Il vaut mieux éviter un lavage trop en profondeur et les savons qui ne sont pas adaptés aux parties intimes.

La bonne solution : le lavage à l’eau claire avec un tout petit peu de savon au pH 7 (aka pH neutre), maximum 2 fois par jour. Pendant cette période, range tous tes gels douches parfumés qui auront tendance à aggraver la situation. Et surtout pas de douche vaginale interne ! 

Après la douche, mise sur des sous-vêtements qui te permettent d’être à l’aise. L’idée c’est que ça frotte le moins possible pour ne pas aggraver les démangeaisons et les brûlures externes. 

- Des textiles propres en toutes circonstances

Ne pas changer régulièrement ta serviette de bain, porter des sous-vêtements synthétiques et des protège-slips au quotidien, c’est le combo parfait pour faire durer ta mycose. Les textiles au contact des parties intimes doivent être changés très régulièrement.

- Des rapports protégés 

Dans un rapport hétérosexuel, la mycose n'est pas sexuellement transmissible. En revanche, elle le devient dans le cas de rapports avec une personne de même sexe car les muqueuses présentent les mêmes propriétés. 

Tu peux tout de même utiliser un préservatif pour limiter les frottements et les brûlures lors du rapport sexuel. Ce dernier étant lubrifié, il rendra la pénétration plus agréable !


Pour résumer, avoir une mycose, ce n’est ni grave ni sale et ça ne provoquera jamais de complications telles qu’un cancer du col de l’utérus ou une stérilité. Par contre, c’est tellement inconfortable que tu auras sûrement besoin de la soigner au plus vite ! C’est pourquoi au moindre doute, file chez ton médecin afin de te faire prescrire le nécessaire pour mettre un terme aux démangeaisons et brûlures.