Panier d'achat
Livraison offerte à partir de 85€ d'achat ✌️

Polypes utérins : que dit la médecine ? 

Généralement bénins, les polypes utérins sont des excroissances qui se développent au niveau de la muqueuse de l’endomètre ou du col de l’utérus.

Sont-ils dangereux, douloureux ? D’où viennent-ils ? Comment les détecter ? Faut-il les faire retirer ? Focus sur un phénomène souvent sans risque et sur la manière de l’identifier !  

Un polype utérin, c’est quoi ? 

Tu as certainement déjà entendu parler des polypes utérins. Pour faire simple, il s’agit d’une excroissance qui se développe au niveau de la cavité utérine. Pour le décrire : ça ressemble à une masse ronde ou ovale et qui peut atteindre jusqu’à plusieurs centimètres. Dans 9 cas sur 10, ils sont bénins. Les polypes utérins touchent 40% des personnes menstruées dans le monde, entre 30 et 60 ans et principalement les personnes ménopausées.

La cavité utérine est tapissée de l'endomètre. Il y a toutefois bien 3 polypes possibles : Un polype peut se situer dans la cavité utérine (polype intra-cavitaire), dans le col utérin (polype de l’endocol) ou s’extérioriser à travers l’orifice externe du col utérin (polype accouché par le col).

Les différences entre les deux 👇
 - Fibrome : Composé de tissus musculaires. Ne peut pas se résorber. Il peut atteindre plusieurs dizaines de centimètres. Peut déformer l’utérus.
 - Polype : Composé de tissu endométrial. Il peut disparaître avec le temps. N’atteint pas plus de 5 centimètres. Ne déforme pas l’utérus. 

Seuls ton médecin ou ton gynécologue sauront te donner un diagnostic précis. Alors au moindre doute : go chez ton spécialiste de santé !

 - Polype utérin : les causes 

Maintenant, tu dois sûrement te demander pourquoi ce dernier a posé ses valises dans ta cavité utérine ? 

En bref, un taux d'oestrogènes élevé stimule l'endomètre et le pousse à se développer. C’est à ce moment-là que les polypes pointent le bout de leur nez. 

 - Les autres facteurs de risque 

L’hyperoestrogénie n’est pas la seule raison de l’apparition de ces petites tumeurs bénignes. Si la médecine a encore du mal à remonter aux origines des polypes, on a quand même quelques pistes 👇

Il y a d'autres facteurs à risque à surveiller tels que : le surpoids (car production d’oestrogènes +++), le syndrome métabolique, le cholestérol, le diabète, l’hypertension. Certains traitements oncologiques peuvent aussi être la cause (un traitement contre le cancer du sein est principalement visé). 

Les symptômes pour reconnaître un polype utérin 

Bon maintenant, qu'on sait ce que c'est, comment on reconnaît un polype ? Parce qu’un problème se pose : cette tumeur généralement bénigne est aussi asymptomatique dans la grande majorité des cas. Mais heureusement, il y a quand même quelques signes qui devraient te mettre la puce à l’oreille 👇
 - Des saignements inhabituels et irréguliers en dehors des règles.
 - Des règles abondantes ++++++ 🩸

En résumé, les polypes utérins sont asymptomatiques mais un signe ne trompe jamais : les saignements en dehors des règles. Un polype est à 90% bénin mais si tu reconnais un de ces symptômes, prends rendez-vous chez ton médecin : autant être fixé.e !

 - Détecter un polype 

Plutôt discret, le polype demande un examen et contrôle gynécologique pour être détecté et traité. Ton gynéco a plusieurs possibilités : 
- Un examen gynécologique au spéculum
- Une échographie pelvienne par voie endovaginale = par le vagin
- Une hystéroscopie = insérer un hystéroscope (tube avec lunette optique) dans le vagin pour atteindre le col de l’utérus. Réalisé avec hospitalisation de jour dans la plupart des cas.
- Une biopsie de l’endomètre pour évaluer la taille et les risques cancéreux.  

Warning : Dans de nombreux cas, les polypes utérins peuvent être confondus avec les fibromes utérins ou les premiers signes d’un cancer de l’endomètre puisqu’ils se déclarent avec les mêmes symptômes.

Polype : C’est grave docteur ? 

Récap’ : un polype est bénin dans la majorité des cas, surtout si tu es jeune. En revanche cela peut être plus préoccupant lorsqu’ils se développent en période de périménopause et ménopause. 

Pourquoi ? Parce que ces petites tumeurs utérines sont générées par un taux élevé d’oestrogènes. Or, à la ménopause, l’activité des ovaires diminue et par corrélation le taux d’oestrogènes. À partir de cette période, les polypes utérins ont un risque de se développer en cancer de l’endomètre. D’où l’importance de rester vigilant.e. 

Conclusion : Dès que tu as l’impression qu’il y a un truc qui cloche et qu’il faut surveiller, prends rendez-vous chez ton médecin. On n’est jamais trop prudent.e, même si les complications sont rares.

 - Polype utérin : un frein pour tomber enceinte ? 

Dans d’autres cas, un polype utérin peut être une cause d’infertilité. 

Explication : La nidation de l’embryon après fécondation de ton ovule par un spermatozoïde, peut être gênée par le polype. D’ailleurs, ce dernier peut aussi être à l’origine de fausse couche même après l’implantation de l’oeuf dans l’utérus. Consulte ton gynécologue avant d’essayer de tomber enceinte afin d’être sûr.e que la voie est libre ;)

De même, si tu as déjà été opéré.e d’un polype dans le passé : go chez ton médecin afin d’évaluer le risque de récidive

Traiter un polype utérin 

Si tu as un polype, ton médecin peut te proposer plusieurs traitements et prendra en compte tous les facteurs : sa taille, les risques, une éventuelle future grossesse, la gêne… 
Récapitulatif des différentes méthodes👇 

 - L’ablation du polype par polypectomie
En fonction de son emplacement, il sera retiré par ton gynécologue ou à l'hôpital par un chirurgien. Quand il est au niveau du col de l’utérus, cela peut être fait facilement et sans anesthésie par ton gynécologue. Lorsqu’il est plus loin dans la cavité utérine, une petite opération avec hospitalisation de jour est requise. 

 - L’ablation du polype par hystéroscopie opératoire 
Cette opération est plus importante que la polypectomie. On introduit un hystéroscope large de 10 mm et muni de multiples petites lentilles par les voies naturelles. L’hystéroscopie est une véritable opération et demande une anesthésie générale ou locorégionale. 

 - L’ablation de l’endomètre = endométrectomie 
Cette opération est souvent proposée aux personnes ménopausées qui sont sujettes aux multiples polypes. 

 - Un traitement hormonal à base de progestatifs 
On parle d’hormonothérapie. On fait alors appel aux autres hormones : les progestatifs. Par contre, ce traitement n’est conseillé que sur les polypes de petite taille et qui sont bénins. Warning : les progestatifs empêchent l'ovulation alors si tu veux tomber enceinte ce n'est peut-être pas la solution adaptée !

Ton professionnel de santé peut aussi te conseiller de repenser ton alimentation en retirant la viande rouge et les produits laitiers qui sont souvent facteurs de risques. 

 - Laisser le polype disparaître tout seul 

Et oui, un petit polype peut se résorber tout seul ! Mais ce n'est pas systématique alors mieux vaut quand même avoir un suivi avec ton médecin.


Pour récapituler : si tu as un polype, pas de panique ! La plupart du temps, ils sont complètement bénins et, dans le cas inverse, ton gynécologue saura t’accompagner et surveiller leur évolution. Au moindre doute, n'hésite pas à consulter. Rien n’est plus important que ta santé :)





Crédit : @ratoniart