Panier d'achat
Livraison offerte dès 85€ d'achat !

Octobre Rose : Vive les seins !

Spoiler : Pour Octobre Rose, va te faire dépister ! Comme chaque année, le mois d’octobre nous rappelle à quel point il est important de chouchouter notre poitrine ! Mais comment en prendre soin ? Quelle est l'importance de l'auto-palpation dans le dépistage du cancer du sein ? À l’occasion d’Octobre Rose, Moodz fait le point sur le cancer du sein qui touche près d’une femme sur 8 et l’indispensable auto-palpation pour le repérer au plus tôt. Et surtout, vive les seins !

Octobre rose, kesako ? 

La sensibilisation autour du cancer ne date pas d’hier et c’est peu dire. Dans les faits, la toute première campagne remonte à 1985 du côté des Etats-Unis. Elle est arrivée en France en 1994 grâce au groupe Estée Lauder France et au magazine Marie-Claire qui s’unissent pour communiquer à son égard. Ensembles, iels lancent l’association “Le Cancer du Sein, Parlons-en !” afin de récolter des fonds pour financer la recherche contre le cancer du sein. Pour représenter la lutte, c’est le ruban rose synonyme de douceur, de féminité et de bonne santé qui a été choisi. 

Depuis, chaque année, du 1er au 31 octobre, c’est le mois dédié au dépistage. Durant cette période, de nombreuses actions sont lancées : dîners caritatifs, courses à pied, ventes aux enchères… Le but : récolter le plus de fonds possible pour la recherche contre le cancer du sein et rappeler, par la même occasion, qu’il est important d’aller consulter.

Aujourd’hui, le cancer du sein et son dépistage n’ont plus rien de tabou. Mieux, ce dernier peut te sauver la vie ! Pourtant, d’après la Ligue contre le Cancer, en 2020, seules 42% des femmes sont allées se faire dépister… C’est trop peu. Il est conseillé de commencer un suivi gynécologique annuel dès 25 ans. En plus, détecté tôt, le cancer du sein peut être guéri dans 90% des cas. Que de bonnes raisons qui devraient te pousser à sauter le pas.  

Le cancer du sein : points clés

Le cancer du sein est le premier cancer féminin et il touche principalement les femmes après 50 ans, mais pas que ! On revient sur ses caractéristiques 👇

Cancer du sein : définition 

Le cancer du sein signifie que plusieurs cellules anormales se sont multipliées dans le sein ou se sont répandues dans le sang et les canaux lymphatiques. En gros, c’est une tumeur maligne qui s’attaque à la glande mammaire. Sa progression n’est pas forcément immédiate et peut prendre plusieurs mois à plusieurs années. Il est à ce jour le plus diagnostiqué puisqu’il touche 1 femme sur 9 au cours de sa vie, aussi bien avant qu’après la ménopause

Il existe plusieurs types de cancer du sein qui peuvent être invasifs ou non-invasifs : 
 - Le carcinome non-invasif
Le Carcinome canalaire in situ, qui est non invasif. C’est le plus fréquent et il se forme à l’intérieur des canaux de lactation du sein. Le traitement mène dans la grande majorité des cas à la guérison. Il est d’ailleurs généralement détecté assez tôt grâce à l’utilisation répandue de la mammographie. 

 - Les carcinomes invasifs 
Le Carcinome canalaire. Il se forme dans les canaux de lactation mais ses cellules traversent les parois. 

Le Carcinome lobulaire. Les cellules cancéreuses se développent dans les lobules concentrées dans les lobes. Elles peuvent ensuite se développer dans les tissus environnants. 

Le Carcinome inflammatoire. Il se détecte à l’œil avec un sein gonflé, rouge et surtout chaud. Il peut aussi prendre l’aspect d’une peau d’orange. C’est une forme de cancer plus rare mais aussi plus délicate à traiter.

Les facteurs de risque

Certains facteurs peuvent amplifier le risque de développer un cancer du sein. On te les résume 👇

 - Une forte sédentarité 
 - Une prise de poids de 20kg ou + après la ménopause
 - Une forte consommation d’alcool
 - La prise d’une hormonothérapie substitutive après la ménopause
 - L’âge
 - Les antécédents familiaux 

Quels symptômes

Si tu as l’impression que quelque chose a changé au niveau de ta poitrine, prends rendez-vous avec ton médecin ou ton/ta gynécologue. Plusieurs symptômes peuvent te mettre la puce à l’oreille 👇 

 - Une boule ou une grosseur inhabituelle au niveau du sein ou de l’aisselle
 - Des écoulements en provenance du mamelon
 - Un mamelon qui tourne vers l’intérieur = rétractation du mamelon 
 - Une modification de l’aspect de la peau ou de l’aréole
 - Un changement de forme ou de taille de sein 
Warning : d’autres facteurs peuvent influencer la forme du sein comme la grossesse, tes règles, un kyste bénin à la poitrine, une infection… Tu peux sentir des bosses au niveau du sein ou de l’aisselle mais elles ne sont, la plupart du temps, pas cancéreuses. 

Comment soigner le cancer du sein ? 

Il existe de nombreux moyens de traiter un cancer du sein. Il arrive parfois qu’un seul traitement soit nécessaire, quand pour d’autres, les techniques sont combinées pour augmenter le taux de guérison. Le choix de la technique employée dépend de nombreux facteurs comme l’état de santé général, du stade de la tumeur, du type de cancer ou encore de possibles contre-indications. 

 - La chirurgie
Le premier traitement entrepris est, dans 98% des cas, la chirurgie. Par son biais, le.la chirurgien.ne retire la tumeur cancéreuse. Concernant le cancer du sein, on parle de mastectomie partielle (ou tumorectomie). Quand le sein est entièrement retiré (glande mammaire, tissu gras, mamelon, peau) on parle de mastectomie totale. 

 - La radiothérapie
Une mastectomie partielle est souvent suivie d’une radiothérapie pour détruire les dernières cellules cancéreuses. 

 - La chimiothérapie
La chimiothérapie fait appel à des médicaments antinéoplasiques qui servent à éradiquer les dernières cellules cancéreuses. Le choix de la chimiothérapie dépend du stade de la maladie. Elle est sollicitée dans les cas de cancers proliférants ou notamment s’il s’agit d’un cancer Triple Négatif. Ce dernier se caractérise par l'absence de récepteurs hormonaux aux œstrogènes et à la progestérone ainsi que du facteur de croissance HER2 . 

 - La thérapie hormonale
Cette technique est souvent combinée à la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie afin de compléter le traitement. Elle est sollicitée si la tumeur est hormonosensible. 

 - La thérapie ciblée
Ce type de thérapie est utilisée chez les personnes dont les cellules surexpriment le gène HER2 qui accélère la croissance de la tumeur. Dans ce cas, la thérapie ciblée consiste à donner un médicament, le ​​trastuzumab, dont l’action est de bloquer ce gène. 

À quoi sert le dépistage ?

Il est recommandé d’aller te faire dépister tous les ans, dès 25 ans. Pour cela, tu peux aller chez ton.ta professionnel.le de santé habituel.le ou prendre rendez-vous chez ton.ta gynécologue. Iel réalisera un examen clinique avec palpation afin de détecter un cancer, même précoce. En cas de doute, tu pourras aussi être amené.e à faire une mammographie supplémentaire afin de confirmer le diagnostic. Il arrive aussi malheureusement que certaines grosseurs ne soient pas visibles par mammographie et encore moins lors de la palpation. 

L’intérêt du dépistage , c’est principalement de mettre le doigt sur une grosseur afin de la traiter au plus vite, avant l’apparition des symptômes. Plus le cancer du sein est pris tôt et plus il s’avère facile à soigner. Le but, c’est aussi de diminuer le nombre de décès causés par des cancers du sein détectés trop tardivement. À ce jour, on estime que 100 à 300 décès par cancer et sur un ratio de 100 000 femmes sont évités grâce au dépistage. 

Dès 50 ans, le dépistage est remboursé à 100% par l’Assurance Maladie. Si c’est ton cas, tu recevras tous les 2 ans un bon de dépistage avec la liste des radiologues agréés.

Comment pratiquer l’auto-palpation ?

Entre tes rendez-vous annuels, tu peux aussi pratiquer l’auto-palpation. L’auto-quoi ? 🧐 On t’explique tout ! 

En gros, c’est assez simple. L’idée c’est de vérifier par toi-même si l’aspect de tes seins a changé afin de d'observer si une grosseur ne s’est pas développée. Dans l’idéal, il faudrait pratiquer cet auto-examen tous les mois. Ça ne remplace pas une consultation mais cela te permet d’améliorer la connaissance de ta poitrine et de voir si une anomalie ne pointe pas le bout de son nez. Cela te prend environ 5 minutes et peut te sauver la vie 😉

Pour la réaliser 👇

Étape 1 : l’inspection visuelle

Place toi debout, les bras le long du corps, face à un miroir. Dans un premier temps, inspecte l’état de tes seins. Ont-ils changé ? Sont-ils plus gros ? Y-at’il un décalage inhabituel ? Le but : noter tout changement de forme, de taille, si une rougeur apparaît ou encore s’il y a une altération du mamelon. 

Inspecte ce même état en changeant de position : avec les mains sur les hanches, les bras levés, penché.e sur le côté, penché.e en avant, allongé.e sur le côté. 

Étape 2 : l’observation du mamelon 

Pince légèrement ton mamelon afin de voir si aucun écoulement anormal ne sort. Si tu viens d’accoucher, cela peut en revanche être normal. 
Inspecte ce même état en changeant de position : avec les mains sur les hanches, les bras levés, penché.e sur le côté, penché.e en avant, allongé.e sur le côté. 

Étape 3 : la palpation 

Pour réaliser la palpation, utilise la pulpe des 3 doigts du milieu de ta main. La main gauche pour le sein droit et vice versa. 3 niveaux de pressions sont ensuite nécessaires pour chaque mouvement : une pression superficielle, moyenne et forte puis 3 méthodes : la méthode radiale, circulaire et verticale. Le but : voir si une boule palpable se forme, s’il y a une rétractation ou un épaississement de la peau, des rougeurs ou des veines apparentes ou toute autre anomalie récente. 

 - La méthode radiale 
Avec les 3 pressions différentes, débute la palpation depuis le centre du mamelon en allant vers l’extérieur du sein en faisant des lignes droites. Recommence jusqu’à avoir fait le tour du sein.

 - La méthode circulaire 
 Commence au niveau du haut de l’aisselle puis palpe le sein en tournant en spirale. Termine en renouvelant le mouvement sur le mamelon. 

 - La méthode verticale
Commence en haut de ton aisselle puis descend jusqu’au bas de ton sein de manière verticale puis remonte. Renouvelle afin de quadriller tout le sein. 

Au moindre doute, ou même si tu ne te sens pas capable de réaliser correctement l’auto-palpation, n’hésite pas à consulter ton médecin traitant qui saura te montrer les bons gestes. 

Et surtout n’oublie pas : pour octobre rose, va te faire dépister. C’est important et ça peut te sauver la vie. 


Sources :
Visuel : Thomas Hedger
https://octobre-rose.ligue-cancer.net/
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cancer-sein/depistage-gratuit-50-74-ans